comment voir « le monde derrière le monde » même sans ayahuasca ?

[powerpress]

Vous savez que l’ingestion d’ayahuasca entraine des effets secondaires, plus ou moins gênants comme les vomissements et les diarrhées, mais nous n’allons pas parler de ceux-là aujourd’hui.

Les rêves et les visions dont j’ai brièvement parlé dans un autre article sont pour moi également un effet secondaire. En effet, vous n’avez pas besoin de «voir» pour guérir ni pour atteindre des états de conscience élargie. Ces états permettent d’atteindre un niveau de compréhension des choses, de l’univers, mais aussi de votre vie, qu’il aurait été normalement impossible d’atteindre.

Mais l’ayahuasca va vous tester et peut-être chercher à vous «piéger». Car contrairement à une idée assez fréquente, il ne suffit pas de boire et hop ça y est, vous découvrez le secret de la vie, de l’univers, et êtes en contact avec Dieu, vos guides spirituels ou vos ancêtres. Malheureusement, cela ne se passe pas comme ça. Aussi, si vous êtes mal préparé, voire pas préparé du tout, vos visions risquent de n’être qu’une douce rêverie stérile, un reflet de vos envies, de vos fantasmes, de vos rêves ou de vos préoccupations majeures par exemple.

Pour illustrer la chose, je vais citer cette petite histoire tout à fait réelle qui m’est arrivée il y a quelques années.

J’étais à l’époque «en formation» chez un maestro. Je commençais à vraiment profiter des séances et me sentais à l’aise avec l’ayahuasca. Toutefois, il me fallait en moyenne 2 heures avant de ressentir les premiers effets et de rentrer dans le jeu. C’est-à-dire que pendant 2 heures, il ne se passait rien, comme si je n’avais pas bu d’ayahuasca.

Ce jour-là, alors que la dose et la potion étaient tout à fait normales, à peine 20 minutes après avoir bu, j’ai eu une vision. Une «vraie» vision, comme je vous vois maintenant (je blague, comme je vous verrais si vous étiez en face de moi). Alors bien sûr, ce n’était pas ma première vision, mais là, en 20 minutes à peine, la potion n’avait de toute évidence pas eu le temps de passer au travers du tube digestif, puis dans le sang pour finalement arriver au cerveau… Ce n’était pas non plus une action du chaman, car il ne s’occupait pas de moi à ce moment-là et j’avais appris à «sentir» ses interventions sur moi lorsqu’il me guidait.

Cette vision m’a fait quitter le Pérou et traverser la moitié du monde pour aller voir sur place, en chair et en os de quoi il en retournait. Là, je dois bien avouer que je n’en ai pas eu pour mon argent… Alors qu’il m’arrivait de pouvoir «voir» (à la façon d’un remote viewer) et «communiquer» à distance avec des personnes avec lesquelles j’étais lié, et bien là rien du tout, cette vision n’était qu’un leurre, un piège dans lequel j’étais tombé tel un enfant.

Mais soyons clairs, pendant la séance, je n’avais pas suivi la règle: ne pas penser, ne pas chercher à voir ni à entendre, ne pas chercher à comprendre, savoir demander, mais ne rien attendre… Et surtout faire le vide intérieur le plus absolu. Cette vacuité si plaisante et si bénéfique qui vous emplit de bonheur et de satisfaction…

À ma décharge, j’ai été surpris par la rapidité de cette vision que je n’attendais pas, en tout cas pas si tôt. J’avais l’habitude dès l’ayahuasca bue, de m’installer le plus confortablement possible et de laisser mon esprit divaguer agréablement, me laissant bercer par les chants ou par une quelconque musique intérieure jusqu’au moment où l’ayahuasca entrait en scène.

Après quelques semaines et plusieurs milliers d’euros dépensés pour rien, je suis retourné chez mon maestro pour poursuivre mon apprentissage. Je le questionnais alors sur l’événement et sa réponse fut la suivante : «la concentration est une des clés de la maitrise non seulement du voyage avec l’ayahuasca, mais aussi dans la vie en général. Ceux qui savent se concentrer réussissent ce qu’ils entreprennent. Pour les autres, c’est infiniment plus difficile».

La concentration est à la fois la clé, mais aussi le problème principal. Atteindre et rester dans le silence intérieur est une des choses les plus dures qui soit, peut-être même la plus difficile pour qui ne sait pas s’y prendre.

Résumons : pour comprendre et progresser, il faut faire le vide, le silence intérieur. Pour atteindre cette vacuité, il faut une concentration «à toute épreuve». Mais comment faire pour se concentrer ?

J’ai donc fait de nombreuses séances d’ayahuasca avec pour unique but d’essayer de trouver une solution. Une des choses que j’ai comprises c’est que bien souvent dans la vie, il faut «lancer la machine» pour mettre les choses en marche et laisser du temps au temps. Ainsi, une petite concentration permettant d’attendre un court silence intérieur peuvent être le premier pas d’un grand voyage.

Et c’est lors d’une séance d’ayahuasca que j’ai entr’aperçu une partie de la solution. Un événement et une vision m’ont amené à reprendre des travaux que j’avais entrepris dans les années 80 sur la possibilité d’atteindre des états de conscience élargie au moyen de musiques et de certains sons en particulier. À l’époque, les moyens informatiques et électroniques n’étaient pas aussi développés qu’aujourd’hui et cette voie à cette période était assez difficile à suivre, d’autant plus que mes activités professionnelles ne me laissaient que très peu de temps.

Il faut faire la différence entre l’âme et l’égo. L’égo pense, analyse et croit savoir, alors que l’âme «est» et «possède» la connaissance qui permet de créer, de (se) construire, de comprendre les «comment», les «pourquoi» et finalement ce qu’on est venu faire ici, quelle est notre place, notre but ultime.

C’est dans ce dialogue avec notre âme que la lumière se fait sur notre chemin. Soudain tout devient clair. C’est le silence intérieur qui permet cela, en faisant taire l’égo pour permettre à l’âme de parler. (En fait pour nous permettre de l’entendre, car nous sommes guidés en permanence). Bien sûr, le chemin est parfois long, mais tout voyage commence par un premier pas que beaucoup n’oseront même pas faire. C’est ce premier tout petit pas qui vous permettra d’atteindre un palier supérieur dans votre vie.

Mais ce n’est pas l’ayahuasca qui permet ça, c’est la vacuité dont je vous parle depuis le début de cet article. L’ayahuasca va ensuite aider, guider, renforcer, approfondir, mais elle n’est pas la pierre angulaire. Une fois ce vide, ce silence intérieur maitrisé (même très partiellement) alors la communication avec votre moi profond, votre âme, sera établie et le voyage, le vrai, le beau, le grand pourra débuter et personne ne peut dire quelle en sera la limite, quelle sera l’étendu de «votre connaissance». Votre «vision» du monde, de la vie, de votre vie et des événements sera totalement différente de celle que vous avez aujourd’hui, votre niveau de compréhension sera tout autre, car vous accès au «monde caché derrière le monde».

C’est alors que toute la beauté et la grandeur de l’ayahuasca, mais aussi de vous-même vous seront révélées…

Si vous voulez entamer ce voyage avec moi, je vous conseille de lire ce qui suit:

Suite à ces séances d’ayahuasca, j’ai créé un pack audio dont le but est de progresser sur le chemin des états de conscience élargie. Cela permet d’être bien préparé pour les séances d’ayahuasca, d’en retirer infiniment plus de choses, mais aussi, et surtout d’expérimenter ces états de conscience élargie sans ayahuasca ni aucune autre substance quelle soit prohibée ou non. Vous aurez toutefois besoin d’un bon casque stéréo pour écouter les audios 😉 .

Préférez-vous payer 17 € ou 47 € ?

En tant que lecteur de ce blog, je vous offre 70 % de remise sur le pack de 10+1 audios progressifs.

Attention – Attention: Il y a une nouvelle version dans les tuyaux qui sera vraisemblablement beaucoup plus chère.

Dès sa sortie, la réduction ci-dessus ne sera plus valide et le lien sera supprimé. Par contre, ceux qui se sont procuré la méthode avec le code de réduction ci-dessus recevront gratuitement la nouvelle version même si elle devait coûter 200 ou 300 €.

Profitez-en maintenant tant que vous y avez droit, et commencez votre «voyage» d’ici quelques minutes…

La page avec le prix réduit 17 € : www.audiosynchrone.com/faire-le-silence-interieur/

La page du produit avec le prix normal 57 €: www.audiosynchrone.com/27-raisons-pour-apprendre-des-aujourdhui-a-faire-le-silence-interieur/

Merci pour votre lecture et selon la formule consacrée, « on se retrouve de l’autre côté »…

Dreamer

5 réflexions au sujet de « comment voir « le monde derrière le monde » même sans ayahuasca ? »

    1. Bonjour Philippe,
      Merci pour votre intérêt. Effectivement, le site est « en maintenance » pour une durée indéterminée. L’offre en question n’est actuellement plus valable.
      Bien cordialement,
      Dreamer

  1. « Alors qu’il m’arrivait de pouvoir «voir» (à la façon d’un remote viewer) et «communiquer» à distance avec des personnes avec lesquelles j’étais lié »

    bonjour, je découvre votre site. je fais des recherches sur les EMI et les décorporations. Cet état modifié de conscience via Ayahuasca offre des similitudes troublantes.

    Pourriez vous confirmer que vous n’étiez pas en train d’halluciner et pourriez vous en dire plus ?

    1. La décorporation, emi, rêve éveillé etc … tout ça est lié … normal qu’on y trouve des similitudes, ce sont des états modifiés de conscience « tout simplement ».
      D’ailleurs, pour aller + loin, nous sommes tous liés
      Chaque particule qui nous compose existait déjà avant le bigbang et toutes ces particules ne formaient qu’un tout …
      On sait, par la physique quantique, qu’en fragmentant un atome en 2 particules, elles se retrouvent intriqués quantiquement. Et une des propriétés de l’intrication quantique est l’action à distance … quand on agit sur la particule A, on modifie instantanément l’état de la particule B… ce, quelque soit la distance et le temps qui les séparent.

      En toute logique, vu que toutes les particules de l’univers formaient un tout, le lien a été conservé et on peut se connecter à tout ce qu’on veut, normalement, je pense que ça demande une énorme maîtrise … j’en suis encore incapable … j’en suis encore à chercher mon animal totem alors que c’est une des 1eres choses qu’on est sensé faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *