ayahuasca, l’expérience -introduction

[powerpress]

première expérience avec l’ayahuasca

Il y a bien longtemps, dans un pays lointain…

Rendez-vous à la maloca à 20H00. La maloca est une maison commune, souvent ronde qui sert aux cérémonies, aux réunions ou aux mariages par exemple. Pour moi, ce sera le lieu de ma première expérience d’ayahuasca.

À l’intérieur, quelques minces matelas sont disposés en arc de cercle, faisant face à la place où se tiendra le chaman, assis sur un tabouret bas.

À sa droite, une petite table sur laquelle il y a sa shacapa (qui est un bouquet de feuilles séchées qui sert à rythmer les chants, un peu comme une maraca), quelques mapachos (des cigarettes locales faites avec du tabac noir qui fait passer les Gauloises sans filtres pour des ultra-light, et roulées à la main dans du papier d’imprimante — à peu de choses près) et une bouteille d’Agua Florida, une sorte de parfum ultra chimique originaire des USA dont ils (les chamans) font différents usages.

shacapa
la shacapa sert à rythmer les chants lors des cérémonies d’ayahuasca

Le « lodge » est dans les environs d’Iquitos, la grande ville de la province (l’équivalent de nos départements ou régions) de Loreto, au nord du Pérou, pas très loin de la frontière du Brésil et de la Colombie.

C’est la plus grande ville du monde qui ne soit pas reliée au reste de la planète par la route. Pour y venir, c’est l’avion ou le bateau, par la rivière Ucayali qui est un des affluents de l’Amazone.

Je suis arrivé la veille. C’était presque direct: Paris-Caracas-Lima-Iquitos. C’est mon premier voyage au Pérou et je ne parle pas l’espagnol. Ça va être facile encore…

C’est du « moi » tout craché.

C’est aussi mon premier voyage en Amérique latine et je ne me suis pas encore pris le choc culturel « dans les dents ». Je suis arrivé direct de l’aéroport, et on était venu me chercher.

Pour l’instant, bien que fatigué du voyage et accablé par la chaleur, je me sens un peu comme un enfant dans un parc d’attractions. J’ai envie de tout voir, tout savoir, tout découvrir. J’aime tant la nature.

Le lodge a été construit avec les arbres coupés sur place et la forêt aux alentours s’éclaircie de jour en jour. Bien triste perspective.

Tout est plus que sommaire. Quelques cabanes faites de planches montées sur pilotis et recouvertes par un toit de feuilles de palmes.

Pas ou peu de murs, pas de chiottes, pas d’électricité. L’eau est puisée directement dans un petit cours d’eau qui passe à proximité et qui sert de source, de lavoir, de lave vaisselle, de salle de bains… Bref du multi usage local quoi.

« Tu voulais du dépaysement mon gars ? En voilà ! »

Je suis venu ici pour une raison bien précise, et j’ai envie d’en découdre. Je veux ma réponse, et je sais que je l’aurais. Je n’ai plus rien à perdre.

Vaincre ou mourir.

Je suis prêt à remuer ciel et Terre, et à secouer tous les esprits de la forêt « par la cravate » s’il le faut… « Même pas peur » (très grosse erreur)…

En fait, au lieu de les secouer, c’est eux qui vont me filer une déculottée maison, et une sacrée encore. Quand à la peur, la vraie, je la connaitrai. Plus tard. Tout ça, j’allais l’apprendre à mes dépends. Au moins, je ne serai pas venu pour rien.

Je ne savais pas non plus que j’avais entrepris un voyage dont on ne revient pas toujours…

La suite tres bientôt…

Une réflexion au sujet de « ayahuasca, l’expérience -introduction »

  1. Bonjour, pas les mêmes lieux ,pas les mêmes maestro, mais alors la même énergie, le même mental pour aborder mon initiation , et exactement même conclusion!
    merçi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *